Le transport en Algérie état des lieux, et enjeux.

 

En matière de transports urbains, la situation en Algérie n’est pas si éloignée des autres situations qui existent un peu partout dans les pays en développement (urbanisation effrénée, montée de la voiture particulière, non attractivité des transports collectifs, congestion, transport informel, etc.), toutefois, nous pensons que la situation a tendance à être un peu particulière en Algérie compte tenu des effets de la déréglementation rapide et de la libéralisation qu’a connue le marché dans un contexte de crise politique spécifique.

1) Les besoins de développement durable en Algérie :

1- La régression du rail : En Algérie, les transports ferroviaires sont en baisse depuis longtemps et ce, en dépit de la volonté affichée des pouvoirs publics de les développer et à les réhabiliter. La solution de facilité qu’est la route l’a toujours emporté sur le rail et la promesse de développer ce dernier, Mais ceci dit, il est important de souligner que le chemin de fer joue toujours un rôle non négligeable dans certains centres urbains tels qu’Alger ou Annaba.

2- Le transport routier en général : Les dysfonctionnements et la dégradation des transports publics ont favorisé l’usage de la voiture particulière, en forte progression, mais ont encouragé aussi le développement des transports informels par taxis clandestins qui participent à concurrence de 42 % dans le transport urbain par taxis.

2) La possession de la voiture particulière une forte contrainte socioculturelle :

La tendance lourde est par contre et indéniablement pour l’usage de la voiture particulière qui est en forte progression. Le modèle de consommation et la consommation de masse véhiculées par les pays riches à travers les échanges, les Mass média, films, etc., ont eu tendance à s’imposer, y compris dans les subconscients, comme étant un modèle unique de réussite. La société de consommation, aux yeux des pays pauvres, est à envier. La voiture en a été pendant longtemps le symbole le plus frappant.
En Algérie, comme dans tous les autres pays du Maghreb, la voiture est considérée dans l’esprit de la majorité des gens, comme un signe, un synonyme de réussite sociale.

3) Nouvelle politique des transports urbains, un état acteur et régulateur :

Le constat étant établi depuis quelques années, la nouvelle politique des transports urbains signe la reprise en main des transports urbains par l’État après une période de déréglementation et de libéralisation qui ont montré leur limite. Le problème a d’abord été de gérer la rareté de l’offre, le quantitatif. La libéralisation a solutionné le problème.
Le problème qui s’est posé par la suite a été celui de gérer les impacts négatifs de la dérégulation. Pour ce faire, les autorités algériennes ont mis en place un programme ambitieux ayant pour objet la mise en place d’un système de transports urbains de qualité qui réponde aux besoins d’un développement durable.
Pour revenir à la nouvelle politique de transports, nous pouvons mentionner les principaux traits suivants :

– Investissements publics massifs dans les transports ;
– Création d’une entreprise publique de transport urbain dans toutes les wilayas du pays – Mise en place d’une autorité organisatrice ;
– Encouragement des regroupements des opérateurs de transport urbain.

 

En conclusion, les problèmes de transport et de mobilité que l’on rencontre aujourd’hui en Algérie, seront à terme réglé en grande partie compte tenu des moyens mis en œuvre (infrastructures autoroutières, métro, tramways, réorganisations des TC, réhabilitation et modernisation du rail, etc..).
Le vrai défi en Algérie d’aujourd’hui est de contrebalancer la tendance à l’usage excessif escompté de la voiture particulière. Les gens continueront logiquement à utiliser leur voiture et en vouloir en acheter, pour ceux qui n’ont en pas encore, tant que l’on n’offre pas d’alternatives crédibles sous forme de transports collectifs performants et novateur.
Il s’agit aussi de rebondir sur la pratique du taxi collectif pour en faire une formule de covoiturage, de promouvoir le vélo, et d’encourager la marche à pied pour les petites distances, pour les personnes qui prennent leur voiture pour aller acheter la baguette de pain chez le boulanger qui est à 100 m ! .

 

Il se trouve que vous avez entre vos mains une idée / un projet qui a une quelconque relation avec : La Supply chain, le Transport, la mobilité, la Logistique, et vous ne savez pas à qui vous tourner ?

Naqltech viens à votre rescousse, en étant connu comme le premier incubateur Algérien spécialisé dans les 4 domaines cités ci-dessus.

Vous pouvez nous contacter à travers nos réseaux sociaux

Facebook : https://www.facebook.com/naqltech/

Instagram : https://www.instagram.com/naqltech/?hl=fr

Linkedin : https://www.linkedin.com/company/naqltech/?originalSubdomain=dz

Ou bien par le biais de notre boîte mail : hello@naqltech.com

Partager l'articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :